Le tartre est une masse adhérente calcifiée, d'origine salivaire ou sérique, composée de substances organiques, de bactéries et de phosphocarbonates.
Le tartre est situé en :

  • sus-gingival, visible, d'origine salivaire de couleur blanche ou jaune de consistance plus ou moins dure. Il est près de la limite gingivale et le plus souvent proche de la sortie des canaux excréteurs de la salive.
  • sous gingival, invisible, d'origine sérique de couleur

« Chaque enfant coûte une dent à sa mère » : cette idée reçue, acceptée par de nombreuses futures mamans, n'est pas une fatalité à la condition de se faire soigner avant, pendant et après la grossesse.

La grossesse entraîne des modifications physiologiques et hormonales qui ont des répercussions buccales dont une diminution des défenses face aux bactéries de la cavité buccale et des pathologies décrites ci-après.
La gingivite :
Lors de la grossesse, la gingivite est dite gravidique ; les symptômes sont les mêmes qu'une gingivite classique : gencives gonflées, rouges plutôt que roses et saignant facilement.

Une hygiène buccale correcte permet de contenir cette gingivite à une intensité faible ; elle régresse après l'accouchement.
Sans cette précaution élémentaire, il y a aggravation des symptômes. La gingivite peut se transformer en « maladie parodontale » causée par la présence de plaque dentaire, de tartre, avec une possible résorption de l'os ; les dents peuvent devenir mobiles. Contrairement à la gingivite, la maladie parodontale peut se prolonger après l'accouchement.

L'épulis :
L'épulis est une lésion siégeant au niveau des gencives. C'est une pseudotumeur bénigne circonscrite aux gencives et survenue à la suite d'une réparation imparfaite d'une lésion gingivale (gingivite, prothèse). Les épulis sont indolores.

Les caries :
L'apparition de caries au cours de la grossesse n'est qu'une conséquence indirecte d'une hygiène bucco-dentaire négligée pendant la grossesse à cause des sensibilités gingivales ; la plaque dentaire s'accumule, provoquant l'apparition de caries.
Que faire pendant une grossesse ?
Une consultation chez votre chirurgien-dentiste autour du 4ème mois de grossesse est indiquée.

Dans le cadre de son examen clinique, il vous prodiguera les soins et les conseils nécessaires à votre santé et à celle du futur bébé.
(Les régimes obligatoires d'assurance maladie prendront prochainement complètement en charge cet examen)

Les soins au cabinet dentaire :
Les soins d'urgence ne peuvent pas être différés, mais il faut savoir que les soins dentaires peuvent classiquement être réalisés du début de la grossesse non pathologique à la fin du huitième mois.

D'une manière générale, il est toutefois préférable de reporter les traitements lourds après l'accouchement.
Il n'existe aucune contre-indication à l'anesthésie locale.

La réalisation d'amalgame (plombage) ainsi que leur dépose est déconseillée pendant la grossesse (Conseil supérieur d'hygiène publique de France).
Les médicaments : Pour lutter contre la douleur, seul le paracétamol (Doliprane, Dafalgan, etc.) est conseillé. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS, ex : Advil, Nurofen) présentent des contre-indications avec la grossesse. De façon anecdotique et à forte doses, ils peuvent présentent un danger de mort fœtale.

En cas d'infection : l'amoxicilline (Clamoxyl, Agram, etc.) et les macrolides (Rovamycine, Josacine, etc.) sont conseillés ; d'autres molécules comme les tétracyclines ne vous seront pas prescrites par votre praticien car elles sont en cause dans l'apparition de colorations disgracieuses sur les dents définitives de l'enfant.
Les radiographies : Par sécurité, le ventre de la femme enceinte peut être protégé par un tablier de plomb.

À l'heure actuelle les cabinets dentaires utilisent de plus en plus la technique de la radiographie numérique moins irradiante qu'une radiographie conventionnelle.
En conclusion: Une démarche préventive avant la grossesse ayant pour but de supprimer les facteurs locaux irritatifs (carie, plaque dentaire, tartre) et une hygiène buccale rigoureuse pendant la grossesse devraient rendre caduque cette idée reçue : « un bébé, une dent ».

L'objectif des soins d'hygiène dentaire est l'élimination de la plaque dentaire dans le but de contrôler le nombre de bactéries buccales. En effet, ce sont principalement ces bactéries qui sont responsables des maladies bucco-dentaires qui atteignent les dents (caries) ou les gencives (maladiesparodontales).
Le brossage : Il s'effectuera avec une brosse à dent souple et à petite tête (proscrire les brosses à dents dures et médium)
Le dentifrice fluoré, adapté à l'âge du patient, sera déposé sur la brosse
Le brossage sera rigoureux, conforme à la technique BROS et durera 3 minutes
brossage
La brosse à dent va toujours de la gencive vers la dent
La brosse à dents manuelle peut souvent être remplacée avantageusement par une brosse à dents électrique (avec les mêmes critères de souplesse de la tête de brosse). Pour un usage efficace et une durée de vie optimale, il faut respecter les recommandations du fabricant.
Le brossage électrique est particulièrement indiqué pour les patients ayant des difficultés manuelles.
Les compléments au brossage :
Le fil dentaire :
fil dentaire
Le fil dentaire permet d'éliminer la plaque dentaire entre les dents. Son utilisation n'est pas toujours facile et on fera attention de ne pas blesser la gencive par une utilisation inappropriée.
Les brossettes inter dentaires :
Les brossettes inter dentaires sont indispensables si les espaces entre les dents sont élargis ou s'il y a une maladie parodontale. Leur taille sera adaptée pour chaque patient sur prescription du chirurgien-dentiste.
brossette
L'hydropulseur :
L'hydropulseur envoie de l'eau sous pression dans les espaces interdentaires, mais il ne peut complètement remplacer brosse et brossettes pour le contrôle de la plaque dentaire. Il est vivement conseillé en présence de bridge.
Les bains de bouche :
Les bains de bouche peuvent, en cas de besoin,compléter les soins d'hygiènebuccodentaire. Ils doivent être employés ponctuellement et uniquement sur l'indication du chirurgien-dentiste. On veillera à bien utiliser le bain de bouche conseillé, en effet ils n'ont pas tous la même efficacité ni les mêmes indications et beaucoup ne peuvent pas être utilisés quotidiennement.

Notre dentition, répartie sur les deux maxillaires, forme un ensemble stable. Chaque dent se maintient en place grâce à sa voisine. La perte d'une partie de cet ensemble constitue donc une fragilisation, pouvant entraîner, comme par effet de dominos, une succession de déplacements insoupçonnés, et parfois graves.
En effet, si l'extraction d'une seule dent, au début, ne change pas grand-chose à la denture, les autres dents restant « bien rangées »
dents1
Par exemple ici, dans le cas de la première molaire...
... on constate que la dent se trouvant en arrière commence à se coucher vers l'avant, de plus en plus, jusqu'à occuper presque complètement l'espace laissé vide par la dent extraite.
Par la suite, la dent qui se trouve sur le maxillaire opposé, n'étant plus en fonction, commence elle aussi à égresser et, sans traitement, peut avoir à subir une extraction.
dents2
Les déplacements se poursuivent, la gencive se rétracte, la racine se dénude, entraînant douleurs et caries.
Le « scénario » se poursuit : les dents continuent à se coucher. La mastication ne peut plus se faire de ce côté de la bouche, ce qui a des répercussions sur la digestion. Les articulations de la mâchoire sont perturbées (craquements, douleurs, bourdonnement, claquements, etc.). Une habitude de grincement des dents, appelée bruxisme, peut alors s'installer.
Mais les conséquences ne s'arrêtent pas là : en effet, sur le plan de l'efficacité masticatoire, la perte de deux dents sur une arcade équivaut à quatre dents absentes, car les dents antagonistes ne servent plus à rien.
Le préjudice esthético-social est également important : l'absence d'une dent est souvent perçue, dans nos rapports avec les autres, comme un signe de négligence, ou de vieillesse prématurée.
Mieux vaut donc ne pas attendre d'en arriver là !
Prenez conseil auprès de votre chirurgien-dentiste : lui seul vous expliquera les risques, et vous entretiendra de la solution la plus adaptée.

Le grincement des dents, ou bruxisme, correspond à une augmentation importante des périodes de contact des dents entre elles en dehors de la mastication et de la déglutition.
Le bruxisme peut être effectué le jour et la nuit pendant le sommeil. Les mouvements sont inconscients et entraînent des frottements dentaires importants.
Les signes cliniques induits par le bruxisme sont variables selon la durée et l'intensité des forces exercées :

  • usure de l'émail et ensuite de la dentine
  • fracture de morceaux de dent
  • sensibilité de la dent aux changements de température et aux aliments acides, atteinte du nerf dentaire
  • douleurs dentaires et (ou) musculaires diffuses, s'étendant parfois jusqu'aux oreilles et au cou, maux de tête
  • craquements de l'articulation mandibulaire
Le bruxisme est souvent dû à une occlusion anormale, à une souffrance psychologique, au stress.
Le traitement consiste à permettre au patient de ne plus serrer par réflexe, grâce à la pose d'une gouttière protectrice. Le stress du patient identifié, ce dernier peut compléter son traitement par de la relaxation ou, dans des cas plus importants, suivre un traitement psychologique.
goutière Dans certains cas, l'engrènement des dents (l'occlusion) est de mauvaise qualité.
Votre chirurgien dentiste sera alors amené à vous proposer une gouttière un peu différente, qui sera ensuite suivie d'un traitement pour rétablir une occlusion normale :
  • soit de la prothèse
  • soit de l'orthodontie
  • soit un meulage sélectif

Pour garder une bonne santé buccale, il faut adopter une alimentation équilibrée. En effet, les aliments trop sucrés ou acides en contact permanent avec vos dents peuvent provoquer des caries dentaires car les bactéries de la plaque dentaire se nourrissent des sucres, et s'en servent pour attaquer l'émail de la dent.

Lors de la mastication, l'acidité de la cavité buccale augmente pour faciliter la dégradation des aliments..Cette acidité favorise aussi les attaques bactériennes sur les dents, donc le risque de caries. Heureusement, la salive permet de diminuer l'acidité dans la cavité buccale et de la neutraliser deux heures après le repas, limitant ainsi le risque carieux.

En revanche, lorsqu'on passe la journée à grignoter, des aliments sucrés de surcroît, la salive n'a pas le temps de rééquilibrer l'acidité, donc les bactéries peuvent se nourrir tranquillement dans un environnement ultra favorable.
aliment Les aliments cariogènes sucrés et acides comme les confiseries, gâteaux, sodas sont à consommer avec modération.
Si l'on n'a pas accès à sa brosse à dents, un chewing-gum sans sucre peut être utilisé pour faire saliver abondamment afin de diminuer l'acidité buccale en attendant le prochain brossage mécanique.
Il faut privilégier les aliments complets qui protègent les dents comme le poisson, la viande, les légumes, le fromage et les fruits frais.
En conclusion il faut diminuer au maximum les aliments contenant du sucre et des acides dans votre alimentation quotidienne et se brosser les dents après avoir consommé des aliments cariogènes.

Contrairement aux idées reçues, la mauvaise haleine, appelée aussi halitose, ne vient pas de l'estomac mais de la bouche dans 85 % des cas.
La mauvaise haleine d'origine buccale est due aux bactéries et aux débris de nourriture situés sur les dents, la langue, la gencive, les joues...
On peut opposer la mauvaise haleine transitoire normale, présente, le matin avant de se brosser les dents ou après la prise de tabac, à l'halitose vraie.
Cette dernière apparaît à des heures distinctes de la journée. L'halitose peut être légère, modérée ou sévère. Pour obtenir une haleine fraiche, il faut :

  • Bien se brosser les dents avant le coucher.
  • Effectuer un nouveau brossage après le petit-déjeuner.
  • N'oubliez pas de vous brosser le palais, les joues et la langue (en partant de l'arrière vers l'avant) tous les jours. Il existe des brosses spéciales disponibles en pharmacie.
  • Pour éliminer les particules de nourriture qui résistent au brossage, vous pouvez utiliser un fil dentaire ou des brossettes.
  • Avant le coucher, il est recommandé de bien s'hydrater pour diminuer la sécheresse de la bouche et donc pour éviter la prolifération bactérienne.
  • L'utilisation d'un bain de bouche utilisable au long cours peut aider pour limiter le développement bactérien.
Si vous portez un appareil mobile, il est important de le nettoyer, de le brosser deux fois par jour avec une brosse à prothèse et de le désinfecter.